Navigation Menu+

La dette publique : une représentation des emprunts contractés par les administrations publiques

La dette publique résulte des emprunts effectués par une entité publique ou l’État à des fins d’utilités publiques ou d’entretien liant à l’exécution d’un service public ou au bon fonctionnement de l’administration publique. La dette publique constitue la dette totale de l’État, comprenant la dette à moyen et à long terme (c’est-à-dire essentiellement les émissions d’obligations des emprunts de l’État), la dette à court terme (les bons du Trésor) et les engagements à vue (endettement du Trésor vis-à-vis de la Banque de France par exemple).   

Qui détient la dette publique ?

dette-publique.jpg

Pour comprendre qui sont les détenteurs de la dette publique, il faudrait ainsi remonter le temps où trente ans avant, afin de parvenir à financer leurs déficits budgétaires, les États dits « Grands » ont recourus sur les marchés internationaux de capitaux. Or actuellement, ces types de financement ne sont plus d’actualité pour la plus part pour ne pas dire remise en question. C’es ainsi que les Banques, les compagnies d’assurances ainsi que des gestionnaires d’actifs sont devenus les détenteurs de la dette publique.

Comment l’État gère-t-il sa dette ?

etat.jpg

Pour gérer sa dette en parlant par exemple des États en Afrique, l’État de concert avec les Bailleurs de Fonds multilatéraux (FMI, BM, France, Allemagne etc…), institue un cadre de pilotage de toutes les opérations nécessaires aux contrôle et suivi : de l’atteinte des objectifs globaux et spécifiques fixés dans le Programme Général de l’État (PGE), de la réalisation des activités , des résultats attendus et de l’effectivité de la mise en œuvre des moyens. A ce titre, Le Ministère des Finances et du Budget en étroite collaboration avec d’autres organismes de contrôle (Auditeurs interne et externe, sociétés civiles) assure la bonne coordination des actions en vue d’une meilleure efficacité de l’utilisation de la dette publique. Une étude d’impact sur le plan macroéconomique est alors effectivement nécessaire en la matière.