Navigation Menu+

Le déficit budgétaire : une situation dans laquelle les recettes de l’État sont déficitaires

En comptabilité publique, le déficit budgétaire se traduit par un flux de déséquilibre entre les recettes et les dépenses dont cette dernières sont en excès et traçant ainsi un solde budgétaire négatif.  En finance publique, il y a déficit public lorsque les dépenses publiques annuelles sont supérieures aux recettes publiques. Le déficit budgétaire résulte de l’endettement de l’État soit par des dettes arrivées à échéance or elles ne sont pas encore amorties soit de nouveaux emprunts autres que ceux destinés à l’amortissement des emprunts antérieurs qu’il contracte au cours de l’année et s’ajoutant ainsi dans la valeur de la dette.

Comment est calculé le déficit budgétaire ?

deficit-budgetaire.jpg

Le déficit budgétaire de l’Etat s’obtient en calculant la différence entre les recettes (montant résultant des impôts et taxes,…) et les dépenses (emprunt public,…) que l’État a effectué durant l’année et que cette différence permet de définir la présence ou non d’un déficit budgétaire (donnant un solde budgétaire négatif). Autrement dit, se présentant en formule, le déficit budgétaire se traduit par l’opération suivante : « recettes de l’État – dépenses publiques = solde budgétaire négatif ».

La gestion du déficit des administrations publiques

administrations-publiques.jpg

En général, la majorité des pays connaît des budgets publics déficitaires. Néanmoins, il existe des solutions à court terme, à moyen et à long termes afin d’équilibrer la balance via l’utilisation de comptes de recettes et des dépenses.   Pour compenser le déficit budgétaire des administrations publiques, l’État a large option telle par exemples, soit appliquer la réduction des dépenses publiques ou celle du solde commerciale ; soit recourir à l’emprunt pour amortissement des dettes ou à des réserves accumulées à partir des excédents budgétaires réalisés des années antérieures ; soit jouer le système d’imposition par des hausses d’impôts ou par des baisses d’impôts qui peuvent contribuer à l’augmentation des rentrées fiscales.